option_actu
 
Login : Password :
Connection
to the shared space
Forgot your password ?
           


 
 
 
 
 
 






Soutenance de thèse de Bruno ROUX

November 10, 2017 at 09:30 am

Axe 2 : RIVALITES ET ACCOMMODEMENTS : RELATIONS INTERNATIONALES, DIPLOMATIE ET GUERRE

Bruno ROUX, doctorant en histoire contemporaine sous la direction de Michel CATALA, Professeur d'histoire contemporaine au CRHIA (Université de Nantes), soutiendra sa thèse sur le thème :

La France et la crise ivoirienne.

Le processus des décisions françaises d'engagement militaire et de conclusion de l'Accord de Linas-Marcoussis

(septembre 2002 - février 2003)

Résumé :

19 septembre 2002, une rébellion armée tente de renverser le chef de l'État ivoirien. La France s'engage alors dans une action militaire et diplomatique en faveur de la résolution du conflit. Le 25 janvier 2003, à Paris, le président ivoirien Laurent Gbagbo nomme un nouveau Premier ministre et, sous l'égide de la France, accepte de confier des ministères à des membres de la rébellion. La France avait présidé, les jours précédents, la Table ronde de Linas-Marcoussis, autour de laquelle elle avait invité les forces politiques ivoiriennes à négocier.Les décisions prises entre ces deux dates visaient à une résolution rapide du conflit et ce, dans le contexte de promotion par la France, d'un mode alternatif de gestion de la crise irakienne. Elles ont, dans les faits, engagé la France bien au-delà de ses intentions et n'ont pas contribué de manière significative à la résolution du conflit.L'accord lui-même ne sera que partiellement appliqué, d'autres textes élaborés sous l'égide de l'ONU et des États ouest-africains lui succéderont et la France maintiendra son engagement militaire sans en maîtriser ni l'échéance finale ni le coût. Ce n'est que huit ans après, le 21 mai 2011, que le chef de l'État français annoncera la fin de l'opération militaire. Celle-ci se sera révélée exceptionnelle tant par son coût humain que financier mais est aussi par l'une de ses conséquences : l'introduction, en 2008, dans la Constitution française, de l'obligation d'autorisation par le Parlement, de la poursuite d'opération militaire extérieure au-delà de quatre mois.La thèse qui vous est présentée ici, reconstitue, analyse et évalue les décisions et les processus de décision qui ont déterminé cet engagement diplomatique et militaire français. Elle livre un éclairage sur la disproportion des modalités d'élaboration des décisions et leurs enjeux. Elle souligne ce qui sera l'une de ses conséquences : la définition du rôle du Parlement dans la décision d'engagement de l'Armée française dans une opération extérieure.

Jury :

  • Michel CATALA, Université de Nantes
  • Frédéric BOZO, Université Sorbonne Nouvelle paris 3
  • Walter BRUYERE-OSTELLES, IEP Aix en Provence
  • Bernard SALVAING, Université de Nantes
  • François GAULME, AFD

Lieu : Université de Nantes - Campus Tertre - Bâtiment Censive - salle C 248 - Chemin de la Censive du Tertre - 44312 Nantes
Partenaire : ED Sociétés, Temps, Territoires (Université Bretagne Loire)
Contact : Bruno ROUX : b.roux@numericable.fr