option_actu
 
Identifiant : Mot de passe :
Connexion
à l'espace partagé
Mot de passe oublié ?
           


 
 
 
 
 
 






Soutenance de thèse de Riccardo BERARDI

Le 20 Octobre 2017 à 13:00

Axe 3 : DYNAMIQUE DES ALTERITES : REPRESENTATIONS ET GOUVERNEMENT DES GROUPES CULTURELS ET RELIGIEUX

Riccardo BERARDI, doctorant en histoire médiévale en cotutelle (Université de Saint-Marin) sous la direction d'Annick PETERS-CUSTOT, Professeure d'histoire médiévale au CRHIA (Université de Nantes), et de Jean-Marie MARTIN, Universita degli Studi di San Marino, soutiendra sa thèse sur le thème :

Féodalité laïque et seigneurie ecclésiastique en Italie du Sud au Moyen Âge: la Calabre des Normands à la guerre des Vêpres (1040-1282)

Feudalità laica e signoria ecclesiastica nel Mezzogiorno medievale: la Calabria dai Normanni alla Guerra del Vespro (1040-1282)

Résumé :

La question de départ est la suivante : quels sont les caractères spécifiques de cette forme institutionnelle, économique et sociale qui constitue la féodalité et la seigneurie, dans la Calabre médiévale? En premier lieu, on cherche, pour répondre à cette question, à reconstruire la géographie historique de ce phénomène, en partant de la conquête de l’Italie méridionale par les Normands (1071) jusqu’à la Guerre des Vêpres (1282), en constituant une banque de données sur le modèle de celle du Catalogue des Barons. A partir de cette base de données, on peut mener une étude complète et exhaustive sur le régime de la terre et les rapports socio-économiques en Calabre au Moyen Âge central, en examinant les dynamiques de mutation du système féodal et de la seigneurie ecclésiastique, d’une part au travers des investitures féodales faites par les souverains normands, souabes et angevins, d’autre part à travers les grandes donations royales, comtales, ducales et seigneuriales aux églises cathédrales et aux grands monastères. Comme cela a été en effet souligné lors du dernier congrès historique calabrais, il manque encore aujourd’hui des enquêtes spécifiques sur la structure féodale et seigneuriale de la région pour cette période. On se demande ensuite si le modèle de production fondé sur la complémentarité du travail entre la réserve, en faire-valoir direct et les tenures allouées en faire-valoir indirect était novateur dans le contexte régional, ou s’il s’est greffé sur une réalité préexistante. On enquête, en outre, sur l’originalité de la terminologie féodale calabraise, à la fois grecque et latine, ainsi que sur la modification des structures de pouvoir de la seigneurie monastique à l’époque normanno-souabe, et sur la « francisation » de la Calabre dans la première période angevine. On se gardera de laisser de côté les modifications de l’ossature juridictionnelle issue de la Guerre des Vêpres (1282) et le « déclin » de la grande propriété ecclésiastique. On précise que ces analyses historiques ne visent pas uniquement à reconstruire les périodes et la géographie féodales, à mettre en valeur l’importance stratégique prise par la solidarité des lignages pour le contrôle et la préservation des intérêts patrimoniaux des familles seigneuriales et des abbés : on se propose également de dégager les interconnexions entre droit et économie, entre pouvoirs de droit et pouvoirs de fait, puissants dans le système féodal. En outre, on analyse les particularités de la seigneurie ecclésiastique grecque et latine, d’une importance fondamentale pour comprendre les différences régionales et « l’exception calabraise ».

Jury :

  • Laurent FELLER – Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
  • Errico CUOZZO – Universita degli Studi Suor Orsola Benincasa – Italie
  • Gorgio OTRANTO – Université degli Studi di Bari – Italie

Directeurs :

  • Annick PETERS-CUSTOT – Université de Nantes
  • Jean-Marie MARTIN – Universita degli Studi di San Marino – République de San Marin

Lieu : Universita della Repubblica di San Marino - Salle Antico Monastero di Santa Chiara
Partenaire : ED Sociétés, Temps, Territoires (Université Bretagne Loire)
Contact : Riccardo BERARDI : rickberardi@libero.it